Edito

Comme l’annonce l’axe pastoral de notre projet d’établissement, Saint-Dominique témoigne de sa foi en Jésus-Christ au quotidien en proposant des actions caritatives en France ou à l’étranger. L’éditorial que vous vous apprêtez à lire s’inscrit pleinement dans cette démarche de foi incarnée et témoigne de la vivacité de celle-ci.


Saint DO « hors les murs » avec EGDO.


Depuis quelques mois une trentaine de lycéens a pris l’habitude de quitter l’établissement un soir par semaine afin de se rendre à Barbès. Nos élèves y rejoignent une association de quartier, non confessionnelle, ouverte à tous les jeunes et proposant entre-autres une aide aux devoirs. EGDO (Enfants de la Goutte d’OR) née en 1978 est un lieu d’échange, de partage et d’entre-aide.

 

Les hasards et les richesses des rencontres inter personnelles ont permis à Saint Do et à Egdo de tisser des liens institutionnels. Dès l’an dernier des collégiens ont accueilli à St Do d’autres collégiens de la Goutte d’Or pour une après-midi sportive et ludique. Très vite les jeunes ont sympathisé et échangé non sans quelques craintes et appréhensions !

 

Cette année les lycéens ont pris le relais.

 

Chaque soir de la semaine un petit groupe d’élèves de première et de terminale se rend dans les locaux d’Egdo et passe une heure trente auprès des collégiens et lycéens pour de l’aide aux devoirs. Manon et Albane précisent l’organisation : « La première fois que nous y sommes allées, nous avons été frappés par la motivation de ces jeunes qui ont une réelle envie d'apprendre et de progresser. Ils sont séparés par niveau et nous nous sommes occupés des lycéens. Nous avions tout de même quelques appréhensions quant à notre niveau puisque certains d'entre eux avaient un âge égal voire supérieur au nôtre. »

 

Chacun s’engage pour une période de six semaines environ et signe une charte.
Nos élèves sont enchantés de ce temps passé auprès de jeunes qu’ils n’auraient jamais rencontré sans ce partenariat naissant. « J’ai rejoint l’aventure Egdo au cours du deuxième cycle et mon seul regret est de ne pas avoir pu y participer dès le premier » confie Antoine.

 

Ils expérimentent à la fois la distance qui peut hélas les séparer, eux qui pourtant ne vivent qu’à quelques kilomètres les uns des autres, et la proximité qui peut surgir d’échanges sincères, simples et gratuits. Ecoutons à nouveau Antoine : « le plus ardu est d’aller voir certains enfants qui ont besoin d’aide mais n’osent pas se manifester. Cependant une fois qu’on a brisé la glace, on découvre toujours des enfants avides de savoir, qui parfois nous apprennent de nouvelles choses »

 

Ils découvrent, eux qui étaient partis pour DONNER –de leur temps, de leur savoir, de leur bonne volonté- combien ils peuvent RECEVOIR.  Nicolas  nous confie «  un vrai partage, pas toujours évident mais qui se crée au fil des séances, avec les jeunes que nous rencontrons. Un progrès pour chacun : celui qui se fait aider et celui qui aide »

 

Cette expérience simple est d’après leurs premiers retours une entreprise riche qui en aidant fait grandir, en donnant permet de recevoir, en partageant rapproche, en se tournant vers l’autre apprend à mieux se connaître soi-même.

 

Chacune et chacun avec beaucoup d’enthousiasme a répondu à cet appel fait en début d’année. Nous espérons pouvoir poursuivre cette aventure où il ne s’agit pas tant de donner QUELQUE CHOSE que de donner un peu de SOI-MÊME.

 

Au-delà des peurs et malgré les inévitables tâtonnements, la CONFIANCE permet la rencontre et l’échange. Alors, laissons le dernier mot à Ludivine « si vous avez envie de prendre environ deux heures par semaine sur votre temps pour faire quelque chose qui sorte de l’ordinaire, rejoignez EGDO ! »

 

 

L. MATHELON et R.PAILLER

 
Dernière modification : 27/04/2017